1

"Il vous quitte par peur de souffrir à nouveau". Voici une phrase qui peut aussi se conjuguer au féminin puisque cette peur de perdre finalement un amour que l'on a réussi à conquérir n'est bien évidemment pas l'apanage unique des hommes, je dirais même que les femmes en ont beaucoup plus conscience qu'une gent masculine plus souvent axée sur la conquête et un peu moins sur l'après, comme si l'étape ultime était d'arriver à capturer cet amour sans par la suite se poser d'autres questions plus pérennes… En même temps, c'est bien l'homme qui a peur de ne pas arriver à la conquérir, là où la femme est relativement certaine d'arriver à ses fins, ce qui pourrait par conséquent expliquer que l'appréhension vienne s'installer dans un second temps. Mais ne soyons pas trop cartésiens avec les sentiments et avec le plus complexe de tous, l'amour, il ne faut jamais anticiper la réaction des uns et des autres, Cupidon sait toujours jouer des tours là où on ne l'attend pas! Ceci dit, faut-il prendre ce que j'appellerais ici le "paradoxe amoureux" comme une certitude, de celle qui vient à coup sûr gâcher la fête, de celle qui s'invite sans prévenir ou bien au contraire qui s'annonce avant même d'avoir commencé à entrer dans la danse?

Une peur ou une inquiétude? Oui, car le distinguo reste à faire et la différence est à mon sens fondamentale. Mais déjà interrogeons-nous sur le type de relation, car ici aussi peut s'instaurer un schéma où les ressentis de chacun n'auront pas du tout les mêmes finalités, où la place de chaque partenaire se trouvera en bon équilibre ou bien au contraire sur une pente que l'on peut aussi construire soi-même… En effet, le ressenti dans une relation n'est pas le reflet d'une réalité, il est soumis à l'interprétation et donc parfois à l'égarement et à l'erreur, monsieur (ou madame) peut très bien ressentir un malaise amoureux, de celui qui fait penser que l'on n'est pas à la hauteur des enjeux ou que soi-même l'on ne mérite pas l'autre. Ce malaise existe dans presque tous les couples, souvent en alternance lorsque le contexte se modifie, une sorte de variation tout à fait normale de parfois douter de soi et d'admirer par amour le partenaire en cherchant la place que l'on occupe. Ce jeu d'équilibre en effet miroir apporte en général une dynamique positive où le couple sait s'observer et se remettre en cause, où l'un et l'autre s'apportent quelque chose de complémentaire pour regarder dans la même direction et ajouter une pierre à l'édifice.

Le problème de notre "paradoxe amoureux" s'accentue quand l'un des deux (parfois aussi les deux…) n'est pas assez sûr de lui-même pour se sentir assez fort pour porter son amour jusqu'au bout en se fustigeant via une réflexion biaisée par son propre doute alors que dans la réalité il n'y a bien souvent aucun problème que celui qu'il se pose à lui-même, une sorte de réflexion dans deux miroirs qui se renvoient crescendo une image faussée, c'est l'escalade intérieure du doute, une sorte de peur panique de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur du couple. Il s'ensuit alors une certitude, celle que le partenaire va s'apercevoir de ce déséquilibre et va forcément rompre à un moment, d'où: il vaut mieux partir avant (une logique paradoxale). Ce raisonnement auto-infligé n'est que la résultante d'un manque d'assurance en soi, affublé d'une sorte de sacralisation de la relation (et du partenaire) qui en devient un enjeu vital, à tel point que l'on préfère abandonner le jeu (de l'amour) avant que la mise (sentimentale) ne soit trop élevée en fin de partie.

Dans les cas les plus extrêmes, les relations sentimentales où effectivement les deux partenaires doutent d'abord fortement d'eux-mêmes entraînent une sorte de renoncement réciproque encore plus extravagant ou bien au contraire une soudaine compréhension que chacun est dans la même position chancelante sur une balance fictive, les dénouements de telles situations sont alors bienheureuses et encore une fois un nouveau paradoxe vient se placer en renforçant la relation en se basant sur la reconnaissance réciproque des doutes de chacun, si cela est le cas. La problématique principale qui se détache de ces situations revient à redéfinir la notion de couple, ou de désir de vivre à deux en acceptant ses propres faiblesses mais aussi celles du partenaire qui doit agir à l'identique en retour. C'est cette acceptation qui est importante et qui peut faire défaut dans notre paradoxe amoureux où le doute sur soi l'emporte sur la possibilité d'acceptation réciproque des faiblesses. Il y a donc essentiellement un manque d'assurance en-soi qui se meut en manque d'assurance dans sa propre relation à pouvoir vivre en couple, une sorte de digression du soi vers la relation ainsi altérée par ce processus de glissement.

Anticiper la faiblesse du partenaire, c'est-à-dire comprendre son manque d'assurance, c'est en faire une véritable force dans le couple, et c'est ce qu'il faut faire comprendre pour casser ce cercle vicieux, pour briser ce miroir intérieur qui reflète une mauvaise image de soi. Ce n'est qu'en modifiant le contexte du couple en devenir et en l'exposant à ses peurs que les deux partenaires s'entendent à briser le paradoxe amoureux, c'est-à-dire à ne pas rompre par peur de souffrir de voir l'autre potentiellement dans la même position de rupture et de souffrance. Il y a tout de même un peu l'image d'un désamorçage de bombe dans ce schéma, car ce n'est pas si simple de modifier un contexte où à chaque pas de l'un (et de l'autre) c'est l'équilibre des deux qui vacille dans le même mouvement. C'est pourquoi en qualité de praticienne spécialiste du couple je peux aider à mieux manœuvrer dans ce labyrinthe émotionnel et relationnel afin de prendre le meilleur itinéraire vers une sortie harmonieuse et bénéfique pour les deux partenaires, donc pour le couple. Généralement, entreprendre un travail avec uniquement l'un des partenaires permet à la fois de cibler ses propres peurs et celles (fictives ou réelles) du partenaire, ainsi pour casser le paradoxe amoureux il faut envoyer une sorte de cheval de Troie dans le couple pour lui rendre sa puissance, son assurance et sa cohésion.

Quitter quelqu'un par peur de le voir partir, c'est anticiper une fin malheureuse avant qu'elle n'arrive, c'est aussi en plus d'un simple paradoxe amoureux un véritable paradoxe temporel que d'inverser la finalité des choses avec leurs débuts… Et l'on peut bien évidemment en démontrer l'incohérence logique tout en sachant qu'il y a un ressenti réel, c'est ici toute la difficulté à dépasser! Je me propose de vous aider si vous êtes dans cette situation qui n'est pas insurmontable puisqu'il y a des solutions pour finalement mettre en phase le soi avec l'idée réelle que l'on s'en fait en l'associant à la notion plus élargie du couple en acceptant une vision positive du partenaire, c'est un travail sur plusieurs niveaux qui s'élabore avec plusieurs méthodes conjuguées dont je me permets d'en discuter avec vous.

Contactez-moi pour m'expliquer votre situation de couple

Medium voyant sérieux assouka

Site web

www.voyant-medium-guerisseur-retour-amour.fr

Tel: (WhatsApp) : 0022962844805

Email : asoouka_coolam@live.fr

Je vous dis à très bientôt, et sachez décrypter votre relation amoureuse pour en éviter certains paradoxes, je suis prête à vous y aider!

Céline Dion - Pour que tu m'aimes encore (Video Officiel)